Terme(s) recherché(s) :


L’absence remarquée de Mgr Ding Guangxun

18 mars 2010
Depuis son retour de Canberra où il avait été un invité spécial de la 7ème assemblée du Conseil oecuménique des Eglises (6), Mgr Ding Guangxun, président du Mouvement des trois autonomies et du Conseil chrétien de Chine, n’a paru en public qu’à de rares intervalles. Son absence a été particulièrement remarquée lors d’un séminaire récent sur la question des droits de l’homme où tous les responsables nationaux des religions étaient présents.


L’Eglise catholique critiquée par un militant ouvrier


Intervenant lors d’un forum de la commission « Justice et paix » des religieux, M. Paul Lai Kin-biu, membre de la Commission de l’Eglise catholique pour les problèmes du travail, a accusé le gouvernement de Hongkong et l’Eglise catholique de ne pas être suffisamment attentifs aux changements économiques rapides qui affectent en priorité le monde du travail.


Pékin promet de ne pas intervenir dans les affaires religieuses de Hongkong après 1997


Pékin a assuré que le gouvernement chinois ne s’immiscerait pas dans les affaires religieuses du territoire après son retour à la Chine en 1997. Cette promesse a été faite à une délégation de chrétiens de Hongkong, en visite dans la capitale chinoise, par M. Ren Wuzhi, directeur du Bureau national des Affaires religieuses.


Un évêque catholique « clandestin » est mort en détention


Mgr Paul Shi Chunjie, évêque auxiliaire « clandestin » de Baoding dans la province du Hebei, est mort alors qu’il était détenu sous la surveillance de la police dans une maison de retraite pour personnes âgées. Il avait été arrêté en même temps que trois autres évêques (1) et 25 prêtres, religieux et laïcs, des diocèses de Baoding et de Yixian, les 13 et 14 décembre 1990. Ceux-ci avaient été « invités » à des sessions de « rééducation politique ». Avant son arrestation, Mgr Paul Shi était chargé de la formation spirituelle des candidats au sacerdoce et à la vie religieuse dans les deux diocèses de Baoding et de Yixian. Il était aveugle et de santé très précaire.


Yunnan: les directives gouvernementales ne sont pas respectées


« Comment faire semblant d’obéir aux décrets administratifs »: ce pourrait être le leitmotiv des Eglises protestantes d’un district de la province du Yunnan, selon ce que rapporte un voyageur de Hongkong, cité par l’agence « China News and Church Report ».


Fujian: Libération d’un évêque et de trois prêtres catholiques « clandestins »


Mgr Vincent Huang Soucheng, de Fu’an, et trois jeunes prêtres ont été libérés après une année de détention. Mgr Huang a été relâché en juin 1991 et envoyé à Pékin pour y observer le fonctionnement de l’Eglise catholique « officielle ». Les trois jeunes prêtres sont revenus dans leur village en août 1991.


Une circulaire du Comité central contre les activités religieuses « illégales »


Une circulaire du Comité central du Parti, datée du 5 février 1991, a été distribuée aux cadres du Bureau des Affaires religieuses dans tout le pays. Elle contient six directives destinées à régler les divers problèmes religieux rencontrés par le gouvernement, en particulier celui posé par « les forces étrangères hostiles utilisant la religion pour mettre en oeuvre leur stratégie d’évolution pacifique, et exercer des activités illégales et destructrices


« Document n° 6 » du Comité central du Parti: le ton se durcit


Comme « Eglises d’Asie » l’a déjà mentionné (2), un texte du Comité central du Parti communiste chinois a été distribué aux cadres du Bureau des Affaires religieuses. Daté du 5 février 1991, il est aussi connu sous le nom de « document n° 6 », et semble avoir été élaboré aussitôt après les interventions de Li Peng, premier ministre, et Jiang Zemin, secrétaire général du Parti, à la Conférence nationale des religions (3) en novembre 1990.


Une nouvelle vague répressive frappe les Eglises « illégales »


Dans un discours prononcé à Pékin, le 10 novembre 1991, devant la Conférence nationale pour la sécurité publique, M. Tao Siju, ministre responsable de la police, a déclaré que la priorité immédiate de toutes les forces de police était d’écraser les organisations clandestines illégales, y compris les groupes religieux qui entrent dans cette catégorie.


Canton: il faut s’opposer à la célébration de Noël


Les autorités provinciales de Canton vont prendre des mesures pour réduire l’influence religieuse occidentale. Une circulaire en cinq points a été distribuée aux cadres des divers départements concernés précisant que les chrétiens et les autres groupes religieux ne doivent pas être autorisés à célébrer la fête de Noël en dehors des lieux de culte prévus à cet effet.